• Contact
  • Connexion

Israël-Palestine

Signature d’un accord historique entre les centrales syndicales israélienne et palestinienne

La confédération syndicale nationale israélienne Histadrut et la Fédération générale des syndicats de Palestine (PGFTU), toutes deux affiliées à la CSI, ont scellé un accord historique visant à la protection des travailleurs palestiniens employés par des entreprises israéliennes. En vertu de cet accord, les relations futures se baseront sur les négociations, le dialogue et les initiatives conjointes, pour la promotion de « la fraternité et de la coexistence entre les deux peuples. » L’accord, sous sa forme actuelle, s’inspire des termes d’un accord initialement signé en 1995 mais qui n’a jamais pu être pleinement appliqué depuis lors.

Les éléments essentiels du nouveau texte incluent le remboursement par Histadrut à la PGFTU du solde en souffrance correspondant aux cotisations syndicales et frais de représentation juridique payés depuis 1993 par des Palestiniens employés auprès de patrons israéliens. Le remboursement est basé sur une évaluation détaillée, année par année, des charges payées par les travailleurs palestiniens et tenant compte des fonds transférés préalablement à la PGFTU. L’affectation de ces fonds est laissée à la totale discrétion de la PGFTU, conformément aux règles établies dans les Statuts de l’organisation.

A l’avenir, au moins 50% des cotisations des travailleurs palestiniens employés par des entreprises israéliennes seront transférés au compte de la PGFTU, et ce, pour permettre aux deux organisations de garantir une représentation, ainsi que des services juridiques et autres services syndicaux aux travailleurs.

L’application de l’accord, qui a été négociée sous la houlette de la CSI, sera supervisée par un comité conjoint réunissant les deux organisations.

« Cet accord est d’autant plus significatif à l’heure où les pouvoirs politiques en Israël et en Palestine et la communauté internationale peinent à trouver des solutions justes et durables à l’impasse politique. Il permettra à la PGFTU de garantir une meilleure représentation aux travailleuses et travailleurs palestiniens et agira également au bénéfice des travailleurs employés par des entreprises ou des particuliers israéliens », a déclaré Guy Ryder, secrétaire général de la CSI. « L’accord appelle la CSI et ses affiliées à poursuivre leurs efforts pour la promotion de la coopération future, ce que nous sommes pleinement engagés à faire », a-t-il ajouté.

Pour sa part, M. Shaher Sae’d, secrétaire général de la PGFTU, a déclaré : « Ceci nous délivre d’un obstacle majeur à la coopération future et au plein respect des droits des travailleurs palestiniens. Le travail décent est une pierre angulaire de la justice politique et économique et nous serons désormais en mesure de consacrer plus d’attention à la recherche de solutions à la situation catastrophique de l’économie palestinienne et de jouer un rôle plus complet dans le cadre de la lutte pour la justice, l’intégrité et les droits démocratiques, en vue de la construction d’un Etat palestinien. » « Nous nous réjouissons du fait que cet accord a, à présent, été conclu », a déclaré Ofer Eini, président d’Histadrut. « Chaque travailleur, qu’il soit israélien, palestinien ou de toute autre origine, doit avoir pleinement droit aux protections prévues aux termes de normes internationales du travail. Le résultat de notre dialogue avec la PGFTU ne peut que contribuer à avancer dans ce sens et nous aider à jeter les bases de la coopération future entre les syndicats israéliens et palestiniens et du progrès dans notre quête partagée pour la justice, la paix et la prospérité dans toute la région », a-t-il ajouté.

La CSI représente 168 millions de travailleurs au sein de 311 organisations affiliées nationales dans 155 pays.


Les opinions exprimées et les arguments avancés dans cet article demeurent l'entière responsabilité de l'auteur-e et ne reflètent pas nécessairement ceux du CETRI.